Maladie de von Willebrand

La maladie de von Willebrand (vWD) est une hémophilie vasculaire héréditaire de différents degrés de gravité. Elle résulte d'un facteur von Willebrand (vWF) défectueux ou même manquant dans le sang. Le vWF est important pour la coagulation. Un vWF manquant ou défectueux a pour conséquence que les animaux concernés saignent longtemps lors de blessures et peuvent même se vider de leur sang. Les hémorragies concernent les muqueuses et sont aggravées par des stress psychique ou physique ou par d'autres maladies.

On différencie trois formes de cette maladie dont le type 1 est la forme la plus légère. Si le type 1 est présent, il l'est en règle générale de façon latente : des saignements spontanés sont inhabituels et la plupart des chiens malades ne présentent point de symptômes.

Un test ADN permet de déceler si un chien est sain, porteur ou héréditairement malade.

En Suède, fin 2006, un premier cas de vWD a été diagnostiqué chez un Pembroke. Il semble que chez les Pembrokes il s'agit du type 1 de la maladie, donc de la forme légère. Cependant, le chien suédois a été si atteint qu'il a fallu l'endormir par la suite. Depuis, 8 chiens ont été examinés: de ces 8 chiens, 3 sont sains, 4 sont des porteurs et 1 est malade. Une autre vingtaine de chiens ont subi ou doivent subir des tests, dont les résultats ne sont pas encore disponibles.

Presque en même temps et par hasard, la maladie a été décelée chez des Pembrokes en Finlande quand un chien destiné à l'exportation a été testé positif. Jusqu'à fin janvier 2007,135 chiens y ont été testés: 72 sont sains, 52 sont porteurs et 11 sont malades. Le facteur héréditaire n'a pas encore pu être déterminé avec certitude chez le Pem-broke. La maladie est provoquée par différentes mutations de différents gènes, ce qui signifie que la transmission de la même maladie chez différentes races ou aussi chez différentes populations peut évoluer autrement.

Certaines sources indiquent que l'héritage évolue de façon autosomale dominante avec une pénétration et une expressivité extrêmement variables, ce qui signifie qu'il suffit d'un seul individu porteur pour propager la maladie, mais qu'elle ne se développera pas forcément chez tous les individus. On ne sait pas encore où exactement se situe la mutation chez le Pembroke suédois.

D'autres sources indiquent que la maladie se transmet de façon autosomale récessive, c. à d. qu'un individu doit avoir 2 gènes pour développer la maladie.

Puisque vWD de type 1 est une forme relativement clémente de la maladie, il est difficile de trouver un assez grand nombre d'individus qui en sont atteints pour pouvoir établir une statistique fiable de son hérédité.

Le Corgi Cardigan n'est pas concerné de cette maladie.

ANo
Trad. : margo/amr
Corgi News, août 2007

P.S. - 30.04.2010

Lors d'une réunion d'éleveurs norvégiens le 2 juin 2007, ils ont reparlé sur le thème de la maladie von Willebrand. Heureusement, il s'est avéré qu'il n'y avait aucun danger pour les Corgis. Dans les 30 dernières années passées depuis la découverte d'une valeur basse du facteur vW dans le sang des chiens, aucun décès dû au type 1 n'est connu ni qu'il y ait eu des complications lors des naissances, des césariennes ou d'autres opérations. Il existe différents facteurs qui règlent la coagulation, von Willebrand n'en est qu'un parmi d'autres. Le manque vWF type 1, diagnostiqué chez les Corgis Pembroke, n'est pas forcément une maladie mais plutôt une divergence de la normalité.

Néanmoins, un vétérinaire en Suisse a tiré l'attention sur le fait que des animaux avec type 1 peuvent saigner d'avantage et avoir besoin d'une transfusion de sang frais ou de soi-disant cryoprécipitat aussi pour de petites plaies comme p. ex. pendant une castration etc. Chez les animaux concernés de vWD, il faut en tous cas éviter certains médicaments qui influencent négativement la coagulation.

Top

www.welshcorgi-news.ch
02.05.2010