Le calvaire de Réba
de Susan Strickland, Landenberg, Pennsylvania

70 pounds!! 70 livres!! Sur la balance de la clinique vétérinaire, Réba ressemble plus à un mini-porc qu'à un Corgi. L'aiguille oscille entre 69,5 et 70,2 livres (31,5 et 32 kg), suivant les mouvements de Réba. Tous les assistants quittent leurs salles de soins pour venir voir ce Corgi de 70 livres! Inouï, pas possible! On appela la doctoresse afin qu'elle puisse également se faire une idée. La situation aurait pu être cocasse si Réba n'avait pas été si laide et triste puis, l'entourage stupéfait s'agglutina pour observer cet énorme corps allongé.

Le jour précédant, les propriétaires de Réba m'avaient téléphoné en me demandant si j'étais d'accord de reprendre le chien que je leur avais vendu comme chiot et dont ils ne voulaient plus. Il est évident que j'ai accepté et l'après-midi même ils étaient chez moi. L'homme portant Réba de la voiture à mon jardin et moi n'en croyant pas mes yeux. J'étais en rage et mon souhait fut qu'ils partent le plus vite possible et que je ne doive plus jamais les rencontrer. La femme n'est même pas descendue de voiture et ils m'ont laissé sans aucune émotion ce chien qu'ils avaient gardé pendant deux ans. Ces gens m'avaient raconté par téléphone qu'ils ne s'en sortaient pas, que Réba ne se comprenait pas avec les autres chiens et qu'elle était un peu trop lourde. Suite à la remarque sur l'obésité je m'attendais à un chien rondouillard mais jamais à cette chose hideuse allongée à mes pieds.

Réba me fut rendue en plein été par une journée particulièrement chaude et lourde qui la faisait souffrir. La première difficulté fut d'essayer de la faire entrer dans la maison et munie d'un étrangleur et d'une laisse j'ai tenté de la faire avancer. La graisse autour du cou était si épaisse qu'elle poussa les oreilles en avant et hop! le collier glissa par-dessus la tête. Je l'ai également tirée de côté mais elle se retrouva roulée sur le dos les quatre pattes en l'air et enfin, quand j'ai pu la remettre sur ses pieds elle a fait quelques pas. En répétant l'opération plusieurs fois elle se rapprocha du but et petit à petit se retrouva dans la maison.

Reba

Il s'est vite avéré que je n'étais pas équipée pour les besoins spécifiques de Réba. Dans cet état je ne pouvais dans aucun cas la replacer chez un nouveau propriétaire, car avec un tel poids sa santé était en péril. Fort heureusement, j'ai enfin trouvé pour Réba une superbe place auprès d'un couple très gentil, George et Nancy Stephens. Leur maison est équipée d'un climatiseur central, pas d'escalier pour accéder au jardin et beaucoup de patience et de compréhension des propriétaires.

A l'aide d'un harnais taille berger allemand, Nancy et moi avons amené Réba à la voiture mais quand nous la tirions dans une autre direction que la sienne, le solide harnais lui glissait encore par-dessus la tête. Lorsqu'elle ne voulait plus avancer, elle se mettait tout simplement sur le dos comme un dauphin sur la plage. Finalement et à deux, nous l'avons portée dans la voiture.

Lorsque Réba fut bien installée dans sa place provisoire, je me suis mise en contact avec son vétérinaire afin d'être informée en détail sur son état et le comportement des personnes qui s'en étaient occupées pendant deux ans. J'avais vendu Réba au mois d'août 1996 à l'âge de huit semaines et selon le vétérinaire elle fut stérilisée en novembre 1996. A cette époque, elle avait toujours sa gamelle en libre service et elle était déjà trop lourde. En janvier 1997, à l'âge de sept mois, elle pesait 15,5 kilos. Le vétérinaire conseilla aux propriétaires de ne plus la laisser manger librement et de supprimer les restes de table. Ses conseils étant: 2 tasses de nourriture sèche 2 fois par jour. Je suis persuadée que le vétérinaire était de bonne foi mais toute personne ayant possédé un Corgi sait que c'est beaucoup trop. Même mes chiens actifs ne reçoivent pas autant et encore moins une chienne stérilisée.

Reba

Pas surprenant qu'en septembre 1997, Réba faisait déjà 24 kilos sur la balance. Dès lors, le vétérinaire proposa de ramener aux trois quarts de tasses la nourriture sèche et à un quart la nourriture humide. J'ai seulement connaissance de ce que le vétérinaire proposa mais j'ignore ce que les propriétaires donnèrent effectivement. A cette époque, les propriétaires se plaignirent auprès du vétérinaire qu'ils n'arrivaient pas la maîtriser et qu'elle ne serait pas encore propre. L'assistante confirma que Réba se montrait clairement dominante envers les propriétaires et qu'elle faisait ce qu'elle voulait. J'appris également qu'ils avaient encore un deuxième chien, un chow-chow croisé.

Après avoir consulté des amis qui quelques fois étaient confrontés au même problème, (personne n'avait jamais vu un Corgi de 32 kilos - il semble que le record était de 27 kilos) nous avons mis Réba au régime Hills RD. Une nourriture humide amaigrissante. Un examen médical montra qu'elle était aussi saine qu'elle pouvait l'être dans son état.

Pour Réba, une perte de poids rapide pouvait s'avérer être presque aussi dangereuse que son état actuel. C'est pourquoi il fallu la surveiller consciencieusement afin qu'elle ne perde pas trop vite mais constamment des kilos. Et quand le jour "J" arriverait, elle pourrait à nouveau manger de la nourriture sèche, le changement se faisant graduellement afin d'éviter une torsion stomacale. Sur la base de ses parents, le poids idéal de Réba devrait se situer entre 11 et 12 kilos. L'obésité est nocive pour le squelette, le cœur, les articulations (surtout les hanches et les coudes), provoque des troubles du métabolisme et un tas d'autres difficultés de santé. Réba, avec ses 32 kilos, haletait constamment, même dans les pièces climatisées. Elle ne bougeait que peu et devait se coucher et se reposer à tout moment. Son cou et sa poitrine étaient toujours imbibés de bave, elle était humide et irritée à vif sous les aisselles. Les multicouches de graisse de son arrière-train étaient souillées d'excréments.

Réba était une victime de maltraitance - mauvais traitement par gavage. Certes, elle est un cas extrême d'obésité chez un Corgi mais j'en rencontre souvent qui sont en surpoids. Lorsque des intéressés m'interrogent concernant les problèmes de santé des chiens, l'obésité devient de plus en plus souvent le sujet principal.

Soyons honnêtes - quand il s'agit de nourriture, nos Corgis sont totalement déraisonnables. Ils bouffent jusqu'à perdre connaissance et essaient ensuite de nous faire comprendre qu'ils ont encore un petit creux. Il y a deux choses auxquelles il ne faut jamais croire: à l'appétit du Corgi et aux quantités conseillées sur les sacs de nourriture. Les standards de race (américains) indiquent un poids idéal de 11,3 - 13,6 kilos pour les Pembrokes et 11,3 - 17,2 pour les Cardigans. Bien sûr qu'il y a des chiens qui sont à l'un ou à l'autre bout de l'échelle et si l'on hésite, il est préférable de poser la question au vétérinaire ou à l'éleveur. Quand le petit renfoncement autour de la taille a disparu, il est fort probable que votre chien soit un peu trop gras. Où encore, si votre Pembroke pèse 18 kilos sans être très grand, il est trop gros. Dès que l'on constate un surpoids, la portion doit être réduite et une pesée doit avoir lieu chaque semaine pour contrôler l'efficacité du régime et si le chien perd lentement mais régulièrement du poids.

Les conseils alimentaires proposés par l'éleveur lors de la remise du chiot doivent être adaptés continuellement à l'âge, au niveau d'activité et au métabolisme du chien. Dès que l'on constate que le chien prend du poids, la quantité de nourriture doit être réduite - évidemment sur toute la ligne, inclus les biscuits, restes de table, les snacks reçus des enfants etc. Quant il y a un deuxième chien ou un chat, surveiller qu'il ne pique pas dans la gamelle des autres.

Les Corgis ne peuvent pas ouvrir le frigo ou se rendre au prochain magasin pour chercher un en-cas. Seul le propriétaire est responsable de quoi et combien il reçoit à manger. S'il prend du poids, grossit ou devient même obèse, il n'y a qu'une chose: manger moins. Plus d'exercices physiques aide également mais soyons réalistes, peu de propriétaires feront davantage pour obtenir un résultat. Les Corgis sont rarement sélectifs au point de vue nourriture, on peu dès lors prolonger leur diète avec des haricots verts ou des carottes comme snacks.

Réba maigrit lentement mais sûrement et au fil des jours elle se transforme en un chien normal. Elle se comprend bien avec les deux autres Corgis de la maison et profite de moins en moins de son embonpoint pour imposer sa volonté. Elle s'amuse avec des jouets et chaque matin fait des câlins à Nancy et George - sa façon de les remercier. Elle a encore un long chemin à faire mais elle est un Corgi plein de courage et nous espérons que ses souffrances feront que d'autres propriétaires regardent leurs corgis-chéris d'une façon plus critique, leur donnant moins à manger et en compensant ce manque par plus d'amour.

Tiré du The Welsh Corgi Annual 1998
Trad. anglais-allemand: ANo
allemand-français: margo


Top

www.welshcorgi-news.ch
26.05.2011